×
Découvrez l'application
INSTALLER

Assistanat sexuel: "C'est de la non-assistance à personne en danger que de ne pas l'autoriser"

Assistanat sexuel: "C'est de la non-assistance à personne en danger que de ne pas l'autoriser"
 

Sexe et handicap. Un tabou que veut faire sauter l'Association pour la promotion de l'accompagnement sexuel (Appas). L'association organise depuis mars 2015 des formations à l'accompagnement sexuel des personnes handicapées. Une activité assimilée à de la prostitution en France, mais reconnue chez certains voisins européens (Allemagne, Suisse, Pays-Bas, Italie).

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • MOA01
    MOA01     

    Je veux bien être sympa avec les handicapés mais tranchement il y a mieux à faire avec nos impots…

  • sansonet
    sansonet     

    pays de merde

  • Pseudome
    Pseudome     

    Pour faire l'amour, il faut Aimer ... sentimens sincères et de désirs entre deux personnes ... ce n'est pas comme un massage anodin ! assistant sexuel, ce n'est pas de l'amour ... c'est de la compassion ...

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Un cadre éthique et juridique à la sexualité ?
    Ca devrait se limiter à ce que tout ce qui est consenti librement, et éventuellement déclaré dans le cadre des revenus professionnels, est autorisé.
    Ne vit-on pas dans un pays libre ?

  • Olivedu68
    Olivedu68     

    Y'a plus simple : autorisons, comme en Allemagne, de manière réglementée, des maisons closes ! En plus, tout le monde pourrait en profiter et les professionnels du sexe seraient libres et protégées. La France a vraiment du retard sur ces sujets là, un peu comme le sujet du cannabis. Au lieu de ça, on interdit, on punit, on dépense des fortunes dans une justice débordée qui ne peut même pas appliquer les peines. En France (entendez "le pouvoir politique"), on aime les économies parallèles, car on n'a pas le courage de prendre les décisions qui s'imposent, d'ailleurs, la police ne fait plus rien dans certains quartiers, car la réalité est que ces économies parallèles permettent parfois à de pauvres gens de survivre (trafic de cannabis par exemple). Bref, il serait temps de réformer tout ça, et surtout de faire participer le peuple, où sont les référendums ???

Votre réponse
Postez un commentaire